édition 2021

édition 2021

Forts d’une 4e édition 2019 particulièrement réussie, tant sur les plans artistique et publique, que pour les multiples rendez-vous qui l’avaient enrichi, mais cependant conscients des difficultés conjoncturelles après l’annulation consécutive à la crise sanitaire en 2020, nous présentions le 8 mars le programme de la 5e édition 2021 aux partenaires comme à la presse. Bénéficiant du report d’un certain nombre d’artistes internationales annoncées l’année précédente, il augurait une manifestation prometteuse et porteuse de grandes potentialités de développement.

 

Au printemps, compte tenu de la tendance quant aux mesures sanitaires gouvernementales, nous décidions d’emblée de privilégier le passe sanitaire sur un site fermé tout en maintenant la gratuité d’accès. Le Jard anglais étant inondé et rendu impraticable du fait des pluies diluviennes de la mi-juillet, nous nous accordions à moins d’une semaine de son ouverture avec la Ville sur un repli de la manifestation autour du kiosque du Grand jard.

 

Créé en 2016 par Musiques sur la Ville pour le 25e festival des Musiques d’Ici et d’Ailleurs, ce festival dans le festival, temps fort de clôture, est très vite devenu incontournable dans le paysage régional du Grand Est, et rayonne désormais très au-delà avec un programme exclusif de 18 concerts au féminin, de 7 rencontres, débats et d’ateliers thématiques, de 3 projections de film, court-métrage et documentaire, de 3 expositions et d’actions de prévention et autres formes artistiques sur la place de la femme dans la société. Ainsi qu’une formation sur la prévention des violences faites aux femmes en milieu festif.

 

Avec la participation du CIDFF, de la Sacem, d’Ici C’est Cool, du Grabuge, du Pôle Jeunesse du CSC Rive-Gauche, d’Avenir 2 Roues, la Protection Civile et de nombreux partenaires associatifs et individuels.
La Cantine du 111 proposait chaque jour au déjeuner sa cuisine fraîche, responsable et accessible. Précédé du « Before des Petits », comme ultime jeudi destiné au jeune public avec la présentation du spectacle « La Princesse qui rêvait d’être une Petite Fille » et une « Boom des Petits » endiablée, ce « festival dans le festival » aura à nouveau offert un magnifique final aux Musiques d’Ici et d’Ailleurs avec 15 concerts d’artistes féminines en pleine ascension médiatique internationale qui se succédaient sans temps mort sur deux scènes et un chapiteau sous lequel le collectif Chien Assis, quintet pluridisciplinaire basé à Châlons-en-Champagne s’installait en résidence dès le mardi 26 juillet pour une création audio-visuelle immersive et onirique. A ce propos, si Leila Martial, artiste en résidence de MIA3J depuis 2020 était en mai contrainte de renoncer à l’étape châlonnaise, faute de visas pour ses invité.e.s congolais.e.s, ce sont cinq premières régionales que ces 5e MIA3J présentèrent : Londe (Alsace), Grand Camino (Lorraine), Timéa (Châlons), Encore (Alsace) et le collectif Chien Assis.

 

La qualité des échanges lors des rencontres thématiques (La place des femmes dans les quartiers populaires / Les femmes dans le secteur professionnel des Musiques Actuelles / La création au féminin en 2021 / Être une femme de 40 ans et + en 2021), une proposition artistique spécifique de haut niveau, d’excellentes conditions d’accueil du public (possibilité de test sanitaire à l’entrée, chapiteau bar/restauration, parc à vélos, espace enfants,…) et une offre d’animations thématiques (stands, ateliers d’écriture, de self-défense, de sécurité du cyclisme nocturne…) confirmaient pour cet événement une dimension de festival original à l’identité forte, capable de maintenir, en dépit de l’obligation du passe sanitaire une belle part de sa fréquentation et offrant toutes les caractéristiques d’un succès ouvrant de formidables perspectives de développement et de rayonnement.