créations

Chaque année depuis 2006, Musiques sur la Ville accueille en résidence un(e) ou plusieurs artistes du Grand Est pour une création dont la première est présentée au public du festival des Musiques d’Ici et d’Ailleurs. Depuis quatre ans, les créations associent des ensembles du Conservatoire de Châlons-en-Champagne : après Anthonin Ternant et Black Bones en 2017 pour« Angel & the Demoniacs » avec le chœur adultes Les Bruits qui Courent, Christophe Roguin et Epikoi Enkor pour « Komptines » en 2018 avec la chorale d’enfants La Croche Chœur, Thomas Nguyen créait « Dreamland » en trio en 2019 avec l’Ensemble à Cordes et Thibault et Julien Batteux « The Call » en 2020 avec Brothers et un ensemble de cuivres et de percussions..

IAN CAULFIELD

IMG_0716

« Ian Caulfield » : Conte musical moderne

La résidence de création artistique de Ian Bourlon, musicien et auteur-compositeur châlonnais, aura pour objet l’écriture et la mise à la scène de « Ian Caulfield », spectacle original réunissant deux musiciens associés à un ensemble d’élèves des classes de chant, de cordes et de percussions du Conservatoire de Châlons-en-Champagne. Un répertoire essentiellement construit sur les compositions en français figurant à son premier album à paraître au premier trimestre 2021.

« Mon répertoire étant souvent teinté de nostalgie et de mélancolie, les thèmes se rapportent souvent à l’enfance perdue que je tente de retrouver au travers de ma musique. J’apporte également beaucoup d’importance à l’imaginaire et au fait de raconter des histoires au sein de mes chansons. Nous en avons déduit qu’il serait intéressant de travailler sur la thématique d’un conte musical moderne où je redonnerais le pouvoir à l’enfant qui est en moi. Cette idée nous a rapidement mis d’accord sur le principe d’inclure à la formation un quatuor à cordes, un chœur et un ou deux percussionnistes au poste de vibraphone, glockenspiel et percussions rythmiques. L’idée d’inviter ces musiciens n’est pas d’apporter une dimension symphonique à mes morceaux mais de sublimer les arrangements déjà présents en y ajoutant un côté onirique à la manière de Sergent Pepper’s Lonely Heart Club Band des Beatles ou encore de Dany Elfmann. »

Un titre révélateur de la démarche artistique qui orientera la création 2021 : Pas grand-chose

rendez-vous

  • 17 février : première rencontre avec Ian Caulfield en digital
  • 24 mars : deuxième rencontre consacrée au chœur
  • 21 avril  : troisième rencontre publique consacrée aux percussions. Restitution publique à 19h, Auditorium de la bibliothèque G. Pompidou à Châlons-en-Champagne et en direct sur Youtube, Facebook et Twitch.reportée au 19 mai 2021.
  • Le 16 juin : quatrième rencontre publique, consacrée à la mise en place scénographique, le son et la lumière de scène avec le trio réunissant l’ensemble de la formation (chœur, cordes et percussions). Restitution publique à 19h, Salle Rive-Gauche, rue de Fagnières – Châlons-en-Champagne
  • Du 29 juin au 4 juillet  : semaine de création Kiosque du Grand Jard sur réservation – Châlons-en-Champagne
  • Les 3 et 4 juillet : concerts Kiosque du Grand Jard sur réservation – Châlons-en-Champagne

Nous adapterons bien sûr l’organisation de la manifestation aux mesures sanitaires en vigueur. Il sera naturellement demandé à chacun de les respecter, pour soi-même comme pour les autres (port du masque, gestes barrières).

äkä

leila Martial

Leïla Martial avec les chanteuses pygmées de Ndima.

Leïla Martial, née en 1984, s’est passionnée dès son enfance pour le Jazz et l’improvisation. Oscillant entre la musique, le théâtre et le clown, elle parcourt les grandes écoles de musique et remporte à plusieurs reprises des premiers prix de solistes dans différents concours, puis le Prix du Jazz vocal décerné par l’Académie du Jazz en 2019. Passionnée par la musique tzigane et les chants traditionnels, le voyage et la rencontre sont au cœur de sa démarche.
En 2018, elle rencontre Rémi Leclerc et fonde avec lui le projet Aka. Ce projet musical, né de leur passion commune pour les chants des Pygmées Aka, rassemble sur scène trois chanteuses congolaises de la forêt équatoriale du groupe Ndima et trois chanteurs/musiciens. La première sera jouée en ouverture des MIA3J le 24 juillet 2020 au terme d’une résidence de création.

Mené par la vocaliste Leila Martial, le projet ÄKÄ développe un répertoire unique mêlant les polyphonies de la forêt équatoriale, les percussions corporelles, le langage imaginaire et la transe. Composé de 2 percussionnistes aka et six voix dont trois chanteuses Aka. Une musique aux accents multi-directionnels qui fait cohabiter yodles traditionnels pygmées avec harmonisations tonales, envolées lyriques et percussions corporelles. C’est un voyage sans paroles, au cœur de la nature humaine, dans sa dimension de partage. La rencontre de deux mondes comme avènement d’un « nouveau peuple de sons ».

 

rendez-vous

  • Du 27 au 30 juillet  : semaine de création dans le cadre de MIA3J
logos-article